lundi 11 janvier 2021 • 290 lectures • 0 commentaires

«La situation est difficile, il y a 300 cas graves dans les hôpitaux !»

ACTUALITÉ 2 HEURES Taille 

«La situation est difficile, il y a 300 cas graves dans les hôpitaux !»
https://googleads.g.doubleclick.net/pagead/ads?guci=2.2.0.0.2.2.0.0&client=ca-pub-1061267829283799&output=html&h=177&slotname=1042399417&adk=1152667408&adf=86662503&pi=t.ma~as.1042399417&w=708&fwrn=4&lmt=1610363253&rafmt=11&psa=1&format=708×177&url=https%3A%2F%2Fwww.igfm.sn%2Fl-alerte-du-dr-mamadou-diarra-beye-directeur-du-samu-la-situation-est-difficile-il-y-a-300-cas-graves-dans-les-hopitaux&flash=0&wgl=1&uach=WyJNYWMgT1MgWCIsIjEwXzExXzYiLCJ4ODYiLCIiLCI4Ny4wLjQyODAuODgiLFtdXQ..&dt=1610363252943&bpp=6&bdt=533&idt=189&shv=r20201203&cbv=r20190131&ptt=9&saldr=aa&abxe=1&cookie=ID%3Dddc0d0b6841ee03f-229b41dd91a600e7%3AT%3D1608977026%3ART%3D1608977026%3AS%3DALNI_MZhCDngXJhK_fKMPUkeLHxbKlEEUQ&prev_fmts=0x0&nras=1&correlator=3988791752322&frm=20&pv=1&ga_vid=1451506202.1608977209&ga_sid=1610363253&ga_hid=421311924&ga_fc=0&rplot=4&u_tz=0&u_his=3&u_java=0&u_h=1080&u_w=1920&u_ah=1007&u_aw=1920&u_cd=24&u_nplug=3&u_nmime=5&adx=408&ady=1378&biw=1905&bih=839&scr_x=0&scr_y=0&eid=42530672%2C21068083%2C21068769%2C21068946&oid=3&pvsid=1142789541343605&pem=418&ref=https%3A%2F%2Fwww.igfm.sn%2F&rx=0&eae=0&fc=1920&brdim=-2%2C27%2C-2%2C27%2C1920%2C23%2C1920%2C1007%2C1920%2C839&vis=1&rsz=d%7C%7CpeEbr%7Cp&abl=XS&pfx=0&fu=8320&bc=31&ifi=1&uci=a!1&btvi=1&fsb=1&xpc=Mv4VoKXWTV&p=https%3A//www.igfm.sn&dtd=197

« C’est difficile pour les populations mais également pour les soignants. Tout bonnement parce que le nombre de cas augmente de jour en jour, en moyenne une centaine de cas par jour et dans tout le pays. Ce qui est à noter aussi c’est l’augmentation notable de plus en plus des cas communautaires. Ce qui témoigne d’une circulation active du virus dans la population », s’inquiète le directeur du SAMU National.

« On note également une augmentation des cas graves dans les services de réanimation et ceci cohabite avec l’augmentation des autres cas en réanimation. Ce qui fait que le nombre de lits se met très rapidement en tension », fait savoir le Dr Mamadou Diarra Bèye.

Il signale qu’au delà des cas graves traités en réanimation, il y a des cas sévères qui sont dans les Centres de traitement des épidémies (CTE). « Depuis que la prise en charge à domicile a commencé, les cas asymptomatiques sont pris en charge dans les domiciles avec un suivi, ils nécessitent une prise en charge rapprochée avec l’administration d’oxygène et d’autres médicaments. Actuellement, on en a près de 300 patients hospitalisés. On note également une augmentation des décès, parce que si les cas graves augmentent, forcément le nombre de décès augmente », signale-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici