L’ancien ministre de l’Intérieur a reçu, ce vendredi, à Linguère ses militants et sympathisants pour apaiser la déception de certains parmi eux, qui assimilent son limogeage du gouvernement à une trahison de la part du président Macky Sall. Aly Ngouille Ndiaye demande à ses partisans de ne pas en vouloir au chef de l’Etat pour ses choix et de continuer à travailler dans la discrétion pour le Sénégal.

«Depuis 8 ans et demi, nous avons accompagné le chef de l’Etat, mais lui seul a le droit constitutionnel de choisir avec qui il veut travailler dans son gouvernement. Nous l’avons accompagné depuis le premier gouvernement, du 04 avril 2012 jusqu’au 1er novembre 2020, et je pense qu’on restera ensemble. Car même si je ne suis pas dans le gouvernement, je suis dans le parti. Nous avons accepté d’entrer dans l’Alliance pour la République pour participer à émergence du Sénégal», a déclaré l’ex patron de la place Washington.

Mais pour Aly Ngouille Ndiaye, le plus important, c’est de continuer de travailler pour le Sénégal. «Ce qui est important, c’est qu’en plus d’avoir été du gouvernement, on m’avait élu maire de Linguère. Ce qui fait qu’aujourd’hui, j’ai plus de temps pour me consacrer, encore plus à ma localité. Ne versons pas dans la polémique. Je suis plus que déterminé à servir le Djolof et le Sénégal. Je rends grâce à Dieu d’avoir sorti par la grande porte», assure-t-il.

En tant que maire, Aly Ngouille Ndiaye demande ses militants et sympathisants de redoubler d’effort et de continuer à travailler dans la discrétion. «Nous avons toujours travaillé dans la discrétion pour notre Djolof, avant même d’entrer en politique ou d’être ministre, donc nous devons continuer ce travail. C’est l’essentiel. Que personne n’en veuille au président Macky Sall. Je comprends votre colère et c’est normal. Car tous les Sénégalais ont apprécié notre service et le président aussi. Mais il devait choisir et ce n’est pas facile de faire un choix, parce qu’il y a toujours des contents et des mécontents. Mais je vous demande de garder votre calme», exhorte l’édile de Linguère.

Selon l’ancien premier flic, la charge de ministre de l’Intérieur est un lourd fardeau. «Etre ministre de l’Intérieur est un travail de dure labeur, donc j’en profite pour me reposer un peu parce que je ne l’ai pas fait depuis presque 8 ans», dira-t-il.

Saly Sagne (Actusen.sn)