Le Président Macky Sall, à l’issue du conseil des ministres du jeudi 24 février, a pris la décision de baisser les prix des denrées de première nécessité (riz, sucre, huile), qui avaient récemment connu une hausse. Quelques jours après l’annonce, aucun changement n’a été noté dans certaines boutiques entre Dieupeul et Niarry Tally, d’après le constat fait par PressAfrik. Pour des boutiquiers les mots restent les mêmes : les problèmes viennent des grossistes. 

A en croire chérif qui tient son commerce à Liberté 2, il ne peut pas se conformer à la décision de l’Etat, car le prix des marchandises demeurent toujours le même chez les grossistes. Ce qui impacte, selon lui, leur vente en détail. D’après ces boutiquiers interrogés, il est hors de question d’appliquer cette nouvelle grille tarifaire, avant d’écouler entièrement leurs marchandises, acquises en temps de hausse des prix.

En réalité, rien n’a encore changé. Les boutiquiers disent n’avoir entendu cette baisse que dans la presse. Une situation qu’ils qualifient de « dure et difficile » car elle est l’origine de différend entre eux et leurs clients. 

Face à cette situation, boutiquiers et chefs de familles sollicitent l’aide du gouvernement pour qu’il effectue plus de contrôles dans le but d’accélérer l’application de la baisse des prix sur l’ensemble du territoire sénégalais. Réactions dans cette vidéo !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici