Le directeur du Think-Tank ouest-africain Africajom Center, Alioune Tine s’est montré favorable à l’octroi d’une permission de sortie de six (6) mois pour « pour des raisons humanitaires » de Hissène Habré, l’ex-président tchadien.  

« Si cette autorisation permet de protéger Hissène Habré contre la Covid-19, je peux bien comprendre que les autorités l’acceptent pour des raisons humanitaires. Hissène Habré est âgé de 78 ans et a les maladies de son âge », a-t-il expliqué.

Alioune Tine a informé que « le marabout Cheikh Thierno Madani Tall, à qui il a déjà donné sa parole, a fait appel à lui pour une médiation ». « Lui accorder une autorisation temporaire pour des raisons humanitaires n’a rien à voir avec une libération. Car, il pourra retourner en prison à la fin de l’autorisation », a-t-il clarifié.

En avril 2020, alors que les cas de contaminations de la maladie à coronavirus augmentaient, l’ancien président tchadien Hissène Habré a été libéré par les autorités sénégalaises pour des « raisons humanitaires », pour désengorger les prisons.

En juin 2020, l’ex-dictateur, âgé de 77 ans est retourné à la maison d’arrêt du cap Manuel où il purge sa peine.

Reconnu coupable de crimes contre l’humanité, Hissène Habré a été condamné à la prison à perpétuité en 27 avril 2017 par les chambres africaines extraordinaires, un tribunal spécial créé en vertu d’un accord entre l’Union africaine et le Sénégal.

Hissène Habré a dirigé le Tchad d’une main de fer pendant huit ans, de 1982 à 1990 avant d’être chassé du pouvoir par l’actuel président Idriss Déby Itno. Il s’était alors réfugié au Sénégal en décembre 1990, où il a été arrêté le 30 juin 2013.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici