L’économiste Moubarack Lô, directeur général du Bureau de prospective économique (BPE), et Amaye Sy, expert senior de la même structure, ont proposé ‘’huit mesures’’ aux autorités sénégalaises, dont la ‘’remobilisation des communautés’’, pour éradiquer la pandémie de Covid-19, a appris l’APS, mardi à Dakar.

Le BPE est une structure rattachée au secrétariat général du gouvernement. Moubarack Lô et son collègue Amaye Sy estiment qu’au Sénégal, ‘’l’analyse de la [pandémie de] Covid-19 permet de faire trois constats, d’affirmer une certitude, de relever deux dilemmes et de proposer huit mesures (…) susceptibles d’endiguer la progression’’ de la maladie.

‘’Covid-19 : quelles nouvelles options pour le Sénégal ?’’ est le titre du document contenant les propositions des deux experts, dont l’APS a obtenu copie.

Moubarack Lô et Amaye Sy recommandent aux autorités sénégalaises une ‘’remobilisation des communautés’’, comme l’a fait le gouvernement, tiennent-ils à rappeler, pendant les mois d’avril, mai et juin 2020.

Ils proposent également de ‘’promouvoir activement’’ le port du masque jetable en réduisant son prix à 50 francs CFA l’unité, en pharmacie. Le masque lavable peut être à 300 l’unité, selon les deux experts.

Ils conseillent aux autorités gouvernementales de faire bon usage du couvre-feu en ciblant des départements à confiner au lieu de mettre sous cloche des régions entières. Aussi les autorités doivent-elles choisir les départements à confiner sur la base d’‘’indicateurs objectivement vérifiables’’.

Moubarack Lo et Amaye Sy suggèrent également la vulgarisation des tests rapides de Covid-19, en plus d’une baisse de leur coût. La même proposition est faite également pour les tests sérologiques.

‘’Il vaut mieux avoir un nombre élevé de cas détectés très vite, dont beaucoup d’asymptomatiques, qu’un [petit] nombre de tests, avec de nombreux cas graves et des décès’’, soulignent les experts du Bureau de prospective économique.

Ils invitent le gouvernement à une meilleure gestion des cas importés de Covid-19, par un autoconfinement systématique des personnes concernées, dans la semaine suivant leur arrivée au Sénégal.

Les centres de traitement des épidémies doivent être bien équipés et en grand nombre, pour une meilleure prise en charge des cas graves notamment, selon Moubarack Lô et Amaye Sy.

‘’Il est important d’améliorer la prise en charge à domicile et de dérouler une stratégie prudente et progressive de vaccination, pour mieux apprendre de l’expérience internationale’’, conseillent-ils aux autorités.

Le premier cas de Covid-19 au Sénégal a été détecté le 2 mars 2020. Neuf mois et demi plus tard, le 21 janvier 2021, 24.993 cas, dont 20.681 guéris et 582 décès, ont été déclarés, rappellent les experts, estimant que la ‘’hausse subite’’ du nombre de cas graves et de décès causés par le Covid-19 est ce qu’il y a de plus inquiétant depuis le début de 2021.

Un autre constat ‘’plus rassurant’’ que les autres : le taux de guérison est ‘’continuellement’’ élevé au Sénégal, selon eux. Les personnes guéries représentent ‘’près de 83 %’’ de l’effectif global des cas de Covid-19, indiquent-ils sur la base du bilan publié lundi 25 janvier.

Ils estiment que le pays doit cette performance à l’application de bons protocoles par son corps médical. Le Sénégal, comme la plupart des pays africains, a développé une forte résilience au Covid-19, selon les auteurs de l’étude.

L’Afrique représente environ 18 % de la population mondiale et concentre environ 2,5 % des décès causés par la maladie à coronavirus dans le monde, malgré la faiblesse des infrastructures de santé dans de nombreux pays africains, selon Moubarack Lô et Amaye Sy.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici