S’il est vrai que la politique est l’art de la technique qui fait travailler toutes les autres séances, selon un adage, elle ne nous renseigne pas cependant sur sa capacité à faire respecter le parallélisme des formes dans un état supposé démocratique comme le nôtre. La politique relève de la gestion de la cité mais le Droit planche sur l’ensemble des règles et des normes générales qui régissent une société organisée.

Aujourd’hui, les Sénégalais font face à un dilemme cornélien œuvre non pas des politiques mais bien des spécialistes en Droit censés être les « matières grises »susceptibles de nous renseigner sur la possibilité ou non du Chef de l’Etat Macky Sall de briguer un troisième mandat. En effet ce sempiternel débat fait long feu mais il est loin de faire l’unanimité entre spécialistes en Droit.

 Pr Babacar Gaye valide le mandat du Chef de l’Etat

Pr Babacar Gaye qui est un éminent Constitutionnaliste soutient sans ambages, il y a quelques temps sur les ondes de la Rfm qu’avec la Constitution actuelle, telle que libellée, le Chef de l’Etat a la possibilité  de briguer un troisième mandat. Selon lui, le fait d’omettre de prévoir des dispositions transitoires  enlevait le mandat en cours  du décompte des deux mandats du Président Sall.

Me Doudou Ndoye décortique la possibilité d’un 3e mandat

Ce qui lui offrait la possibilité de briguer un troisième mandat en 2024.Me Doudou Ndoye, avocat et ancien ministre de la Justice abonde dans le même sens.Selon lui, Macky Sall peut être candidat à un 3e mandat en 2024. «Le président Macky Sall peut être candidat. Aucune loi, aucune constitution ne lui interdit d’être candidat.

Tant que cette constitution existe, personne ne pourra l’empêcher d’être candidat », a déclaré l’ancien Garde des Sceaux, alors qu’il était l’invité du Jury du dimanche, ce 10 janvier, sur iRadio.A  son avis, «le Code électoral a dit ceux qui peuvent être candidats mais n’a pas dit ne peut pas être candidat celui qui est le président de la République.

Maintenant, soutient-il : «si Macky Sall est candidat, aucun Conseil Constitutionnel n’aura le droit de lui dire vous ne pouvez pas le faire. S’il est candidat et perd l’élection présidentielle, la question du troisième mandat ne se pose plus. Mais s’il gagne, le droit constitutionnel fera de lui le président ».

Pr Ngouda Mboup,Macky  crache sur le 3e mandat

Mais face à ces positions on ne peut plus clairs sur la possibilité du Chef de l’Etat de briguer un troisième mandat, Pr Ngouda Mboup est de l’avis tout à fait contraire. Selon lui, “Macky Sall doit savoir qu’il a épuisé ses cartouches”, « Nul ne peut exercer plus de deux mandants », a-t-il laissé entendre avant de poursuivre, « ni oui ni non sur la question du 3e mandat, Macky doit savoir qu’il a épuisé ses cartouches », a-t-il expliqué.

Me Boucounta Diallo évacue la possibilité d’un 3e mandat

S’agissant de l’avocat Me Boucounta Diallo ,il n’y est pas allé par quatre chemins.«Macky Sall n’a pas droit à un 3e mandat», dit-il sans sourciller, jetant un pavé dans la mare des théoriciens du troisième mandat pour l’actuel chef de l’Etat. Pour Me Boucounta Diallo, ni juridiquement, ni sur le plan éthique, un troisième mandat ne peut se justifier pour le président de la République du Sénégal à qui l’on prête à tort ou à raison une volonté d’en briguer un.

«Par éthique, par bon sens et juridiquement, Macky Sall n’a pas le droit à un 3e mandat», estime-t-il. Ainsi, au-delà de ces points de vue  divergents de ces juristes ci-devant sur la possibilité ou non du Chef de l’Etat Macky Sall de briguer un troisième mandat en 2024,les Sénégalais se retrouvent dans l’impasse parce qu’ils ne savent plus en définitive à quel  spécialiste en droit se fier.

De toute évidence, cette absence d’unanimité autour du troisième mandat ne ferait que l’affaire des politiques dont les polémiques ne feront que conforter dans leur volonté manifeste de faire passer leur dessein !

Assane SEYE- Senegal7

Laisser un commentaire