Pour de nombreux naturistes européens, et les dizaines de milliers d’échangistes parmi eux, le Cap d’Agde est devenu une destination estivale traditionnelle, mais une infection au coronavirus est venue secouer leur mode de vie alternatif.
La France a connu une recrudescence des infections, avec 7 000 personnes récemment testées positives en une journée. Le sud de l’Hérault, et le Cap d’Agde en particulier, sont parmi les régions les plus touchées.
Cette région, qui abrite la plus grande station naturiste d’Europe, se concentre sur l’hédonisme.
Mais aujourd’hui, les autorités sanitaires – qui ont mis en place une opération mobile de dépistage à l’extérieur du village – ont constaté que 30 % des 800 naturistes contrôlés avaient été testés positifs.
Nous savons tous pourquoi nous sommes ici
Connue sous le nom de « village naturiste », la station est une communauté isolée avec une douzaine de clubs échangistes et de saunas ainsi que des boîtes de nuit érotiques qui disposent de cachettes pour que les couples puissent avoir des relations intimes en présence ou non des autres.
Bien sûr, tous les naturistes ne sont pas des échangistes – qui échangent leurs partenaires sexuels – et certains visiteurs préfèrent le vaste camping plus calme situé en face du village principal.
Mais au Cap d’Agde, il y a beaucoup de mélange. « Tout le monde est en contact étroit toute la journée et bien sûr nu », a déclaré un couple d’échangistes à la BBC.
« Nous savons tous pourquoi nous sommes ici. Il y a beaucoup d’autres camps naturistes familiaux plus traditionnels ailleurs sur la côte, sans les sex clubs ».
Au plus fort d’un été en basse saison, le village attire environ 45 000 personnes par jour, et la plupart sont là pour une semaine dans une propriété louée avec des noms tels que Babylone, Cupidon ou Eden. Il y a aussi des week-ends et des excursions d’une journée.
Mais c’était avant le Covid.
Comment l’épidémie a-t-elle commencé ?
Fin août, deux employés d’un hôtel luxueux du village ont été testés positifs au Covid-19.
Le propriétaire de l’hôtel a admis qu’une fête torride avait eu lieu sur la terrasse du toit et que les règles de distanciation sociale n’avaient pas été respectées.
« Nous avons été doublement touchés », a expliqué David Masella, le directeur du « village naturiste ».
« Quarante pour cent de nos visiteurs sont étrangers, la plupart viennent des Pays-Bas et d’Allemagne, suivis des Italiens et des Britanniques ».
« Avec le virus, beaucoup de ces vacanciers étrangers réguliers sont simplement restés à l’écart cette année. Et puis, bien sûr, nous avons été touchés par le virus, mais c’était peut-être inévitable ».
« Il faut savoir qu’avec 10 000 emplacements de camping et 15 000 lits dans le village lui-même, la densité de population est ici sept fois plus importante que dans la ville voisine de Montpellier ».
Comment les autorités locales ont réagi
Selon les autorités sanitaires françaises, le taux de tests positifs du centre de dépistage mobile qu’elles ont mis en place au Cap d’Agde est quatre fois plus élevé que dans la région environnante.
Le personnel médical a souligné qu’aucun des cas n’a nécessité un traitement hospitalier urgent.
Bien sûr, comme dans le reste du village d’Agde, le port d’un masque est obligatoire, mais les masques et la distanciation sociale ne sont pas vraiment compatibles avec l’échangisme.
J’ai rencontré deux couples autour d’un verre et les quatre vivent au village toute l’année.
Jérôme et Nadège, un couple d’une quarantaine d’années, se sont rencontrés dans un club d’échangistes à Bordeaux il y a quelques années et ont emménagé ensemble.
« Le village est passé du jour au lendemain d’un lieu magique à un lieu tragique », a déclaré Nadège.
« Bien sûr, nous avons tous pris des risques, mais le confinement était si dur et si long qu’il était important pour notre bien-être de lâcher prise ».
« C’est la jeunesse qui a pris le plus de risques »
Allen et sa femme étaient assis en face de moi, tous deux nus, à l’exception des visières transparentes qui leur couvraient le visage.
Ils ont tous les deux la soixantaine et pensent qu’il est injuste de faire une telle publicité au village.
« À notre âge, bien sûr, nous sommes plus prudents quant à l’endroit où nous allons et au nombre de personnes avec lesquelles nous sommes en contact étroit », a déclaré Allen.
« C’est la jeunesse qui a pris le plus de risques, mais ce n’est pas seulement ici. Il y a des cas d’infection partout dans le pays, là où les jeunes se sont rassemblés ».
Au moment où l’épidémie s’est déclarée, le préfet a temporairement fermé de nombreux clubs et bars du village où il y avait d’importantes interactions physiques.
L’un d’entre eux était la station balnéaire de Waiki Beach.
« Je viens de licencier 22 employés. La saison est terminée », a déclaré le directeur Karim Issartel. « Il est certain que notre club est connu pour ses soirées de piscine bondées, et les autorités ont dit que cela ne pouvait pas continuer. »
Un autre point de repère local célèbre pour la communauté échangiste est la boîte de nuit Le Glamour.
Associée à des soirées de mousse nue ou de mousse avec jusqu’à 1 000 corps se tortillant, elle a reçu l’ordre de fermer en mars.
Des affiches à travers la ville d’Agde incitent les clients à rester patients, avec la promesse que Le Glamour rouvrira.
Personne n’est d’humeur à s’amuser
Philippe Barreau gère des magasins de vêtements sexy dans le village depuis 30 ans et, en tant que responsable de l’association des 120 entreprises du village, il est très morose.
« Nous sommes extrêmement importants pour l’économie locale : 300 de nos 800 employés qui travaillent ici ont été licenciés. J’ai perdu 80% de mon chiffre d’affaire et je ne suis pas le seul.
« En ce moment, il n’y a que 5 000 personnes qui restent ici. À cette époque de l’année, il devrait y en avoir 25 000. Personne n’est d’humeur à s’amuser », dit-il.
Mais les échangistes que j’ai rencontrés ont admis que le coronavirus n’avait pas complètement mis un terme à l’activité sexuelle non monogame.
Plusieurs m’ont dit qu’ils étaient même devenus plus exhibitionnistes.
Sur la plage, beaucoup de femmes portaient des bijoux en chaîne à la taille, tandis que les hommes paradaient en se rasant les poils du corps.
Beaucoup de ceux qui avaient la fin de la cinquantaine et le début de la soixantaine étaient visiblement fiers de leur apparence, et il y avait aussi des couples plus jeunes.
Le soir, la plupart s’habillaient pour aller dans les bars et restaurants en plein air le long de la plage ou dans la marina privée du village.
Mais leurs tenues révélatrices proclamaient toutes « regardez-moi », et les couples discutaient avec leurs voisins à la table d’à côté, retournant parfois dans les studios de l’autre ou s’éloignant dans les dunes de sable voisines.
Pour l’instant, les autorités incitent les vacanciers qui prévoient de visiter le village à ne pas s’y rendre.
Ceux qui partent à la fin de leurs vacances sont priés de se faire dépister rapidement afin de ne pas propager le virus à leur retour chez eux.

Laisser un commentaire